Accueil

Bienvenue avec Jouons Sur les Mots.





"Jouons sur les mots"
Extraits de l'atelier d'avril 2009






Faire une strophe en insérant dans :
le 1er vers le mot : feuille
le 2ème vers le mot : gazon
le 3ème vers le mot : matin
le 4ème vers le mot : beau

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Sur le gazon bien rasé du verger
Et ce matin nous rappelle l'an passé
Quand tout beau se dressait le grand chêne.

Une feuille s'envole dans le vent
Elle trouvait le gazon décevant
Et au matin elle s'enfuit vers l'horizon,
Oui un beau matin, loin de ce maudit gazon.

Les feuilles tombent peu à peu sur le chemin
Noyant herbes et gazon de leur couleur
Les feuilles envahissent chaque matin
Ce coin si beau et si doux à mon cœur.

Faire une strophe en finissant : le 1er vers par " sèche "
Le 2ème vers par " jauni "
Le 3ème vers par " fraîche "
Le 4ème vers par " fini "

Arrivés dans la saison sèche                                                                          Sur le fil le linge sèche
Toute la nature jaunit                                                                                      Sous la lune qui le jaunit,
Vivement un peu d'eau fraîche                                                                   De sa caresse si fraîche
Pour montrer que l'aridité est finie.                                                         Au matin la teinture est finie.

Cette plante sera sèche                                                                                  Je crois que je vais retourner en cale sèche
Avant même d'avoir jaunie                                                                           Parce que toutes mes feuilles ont jaunies
Elle a manqué d'eau fraîche                                                                         Et ces vers écrits comme de l'eau fraîche
Pour elle c'en est bien fini.                                                                            Nous ne les retrouverons plus, c'est fini.





Décrire en quelques mots, le ressenti d'un arbre dans la ville

Sur la route de l'école                                                                                       Les enfants font la ronde
Rassurant et fort                                                                                                  Autour de l'arbre.
L'arbre veille sur moi.                                                                                        Auprès de mon arbre
Les moineaux sont contents.                                                                        Je vivais heureux, en harmonie.

Poussière et béton                                                                                             Souvenir de la nature
Je surplombe ma tombe,                                                                               Quel bruit toutes ces voitures
Tristesse de mon ombre.                                                                                Un oiseau dans mes ramures.

Où sont mes frères ?                                                                                          J'apporte un brin de vie
Où est ma terre ?                                                                                                Dans cette ville en folie
Mes racines se meurent…                                                                              Où tout m'anéantit …

Je pousse tordu                                                                                                   Un arbre en ville toujours sans solution
Dans les pots d'échappements.                                                                 Se vrille et se ternit de pollution.
Quelle vie en ville !





Décrire en quelques mots, le ressenti d'un arbre dans la forêt

Dans la forêt, quand les branches se querellent
Les racines s'embrassent.

Je suis bien parmi les miens                                                                            C'est bon d'être vivant
Et donne du bonheur                                                                                         Au milieu d'essences différentes
à ceux qui me découvrent.                                                                               Qui toutes se complètent.

Heureux en liberté                                                                                               Chouette la nuit
Heureux en communauté                                                                                 Beau le jour
Écouter les oiseaux chanter.                                                                           Bien dans mes racines

Je suis le roi de la forêt                                                                                       Enfin !...je suis revenu chez moi
On me dit majestueux                                                                                        C'est merveilleux d'être avec vous !
Mais l'homme aime aussi                                                                           C'est ensemble que nous respirons en cadence,
Me transformer en meuble                                                                        C'est ensemble que nous donnons en silence.

Décrire en quelques mots, le ressenti d'un arbre dans la vallée



Qu'il est beau tout seul



Au milieu de champs
Rouges de coquelicots.

J'ai l'air de montrer le chemin
Car on me voie de très loin,
Moi, l'arbre, plus question de perdre son chemin.

Dans la lumière verte de la vallée
Silhouette forte et légère
Arbre isolé.

Seul, loin des miens
Je deviens
Refuge des humains.

Viens, viens près de moi
Te réfugier,
Viens, viens près de moi
J'ai tant à donner.

Vol des oies sauvages
Je fais parler les gens de la vallée                                    
Un arbre seul sous le ciel
Quand on arrive de tous cotés                                           
Frère des rêves envolés
Les yeux tombent sur moi.                                                
Tous ont été gelés
Il ne reste que moi,

Je suis encore enraciné dans cette vallée,
Mais seul, j'apporte au berger
L'ombre recherchée

Décrire en quelques mots, la relation entre l'arbre et l'homme

Debout bras tendus vers le ciel                                                                      Appuyé contre le tronc des ancêtres
Branches dressées vers le ciel                                                                         Père naturel qui nous a vus naître
Arbre - homme éternel                                                                                      Arbre généalogique



Je suis centenaire



Peut-être millénaire,
Pauvre homme !...

Moi je suis la valeur sûre
qui ai vu grandir la famille
et la petite famille.
Quand bien même tu vivrais cent ans,
Pauvre homme,
Je veillerais sur ta postérité.

L'arbre apporte et porte l'homme
Vers les hauteurs essentielles de la vie
L'arbre est le meilleur
Ami de l'homme

L'un protège l'autre
Selon le moment, l'instant
L'un protège l'autre
Car ils sont du même sang.

Quand l'homme a trouvé ses racines
C'est vers l'arbre qu'il se penche
Quand l'arbre a trouvé le pardon
Il l'accueille en ses branches.

Il ma planté
Il m'a arrosé
Et m'a même taillé

L'un me bichonne
L'autre m'abat
Et un autre me parfume de cire

Trouver des rimes avec Feuillages puis avec Armures.
Faire ensuite une strophe.





Qu'il est joli mon village
Niché dans le pourpre feuillage
Brillant des milles feux de dorure
Qu'il est joli mon village

Que dire de ce beau feuillage
Qui ne connaît pas le parjure
Bien à l'abri dans son armure
Que dire de ce beau feuillage.

Que dire de ce beau village
Bien à l'abri dans son armure
Qui ne connaît pas le parjure
Que dire de ce beau village !

Quand j'ai connu ton feuillage
Enfin j'ai déposé mon armure
Ton amour bruissait dans un murmure.
Depuis j'écoute les ramages
Des oiseaux dans ta voilure
J'ai déposé mon armure,
Pris l'image d'un sage
Assis sous ton feuillage
Oh la belle aventure !
Une musique sauvage…
Mystérieuse posture.

Sortant de dessous le feuillage
Habillé de son armure
Le voilà sans fard et voilage
Au volant de sa voiture.

Au volant de sa voiture
Habillé de son armure
Il s'en va manger sa garbure.

Sortant le bateau du mouillage
Camouflé par le feuillage
Le voilà sortant du port sans voilage

J'ai clôturé avec du grillage
Mon jardin et sa haie de murs
Je vais maintenant semer dans les sillages
Près de l'arbre à la belle ramure


Février 2008      Mars 2008      Octobre 2008      Janvier 2009      Février 2009      Mars 2009     
Avril 2009      Mai 2009