Accueil


Rencontres Internationales D'EVRY
Déclaration de la création du M I R E R S
Par tous les représentants de tous les continents

Nous étions 6 de Gironde dont 3 de Gradignan à participer aux Rencontres Internationales du Mouvement des Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs (M.R.E.R.S.), à Evry,
dans l’Essonne,les 12, 13 et 14 Novembre 2004.
Rencontres riches de réflexions, d’échanges, de partages d’expériences entre ces 450 représentants de Réseaux du monde entier : depuis les pays d’Europe limitrophes de la France, en passant par l’Afrique Noire et le Maghreb représenté par le Maroc, jusqu’au Québec
et l’ Amérique Latine, ce qui a permis de donner naissance solennellement, à la fin de ces Rencontres, au M.I.R.E.R.S

Mouvement International des Réseaux d’Echanges
Réciproques de Savoirs.

  Trois thèmes de réflexion ont été abordés au cours de ces journées par des Assemblées plénières où intervenaient non seulement des spécialistes
(chercheurs, philosophes, pédagogues, sociologues…), mais aussi des personnes du terrain qui témoignaient des expériences novatrices qu’elles avaient mises en place par les R.E.R.S.
Ces Assemblées générales étaient suivies d’ateliers permettant en petits groupes d’approfondir, d’échanger, de témoigner sur un aspect du thème. Il est trop long de développer ici le contenu de ces Rencontres.
(Nous avons l'intention de rédiger une petite plaquette qui rendra compte plus complètement de l'ensemble de ces journées).
L’énoncé des thèmes de réflexion en donne une petite idée
« Quelles sont les valeurs portées par les Réseaux ? »,
« Dans les Réseaux, on est là pour apprendre et c’est réciproque »,
« Quelle société voulons-nous ? ».
Nous nous contenterons de relater quelques expériences qui illustrent ces réflexions.

Le « bistrot des Savoirs » initié par le Réseau de Beauvais.
C’est d’abord un vieux local, remis en état par un grand chantier de réaménagement, en pratiquant les échanges de savoirs, où ont participé un grand nombre de personnes de conditions très diverses.
Ce lieu devient un bistro, resto, lieu de rencontre, d’échanges, d’insertion, de création individuelle et collective, de bouillonnement d’idées, de recherche et d'actions permanentes…
Ouvert à tous : « c’est une porte sur la rue », disent les porteurs du projet !
Il a permis et permet encore à des jeunes, à des exclus, des personnes de tous milieux de reprendre confiance en eux, de croire à leur capacité créatrice et de les développer.
De même, l’expérience d’un R.E.R.S. dans un lycée, relatée par les deux enseignantes qui l’ont mis en place, a conquis l’assemblée : elles sont toutes les deux professeurs de français dans un établissement scolaire de Corrèze, à Argentat.
Elles commencent par introduire les échanges de savoirs dans leurs cours, en orthographe, grammaire, écriture, puis créent le R.E.R.S:
les échanges de savoirs, scolaires et non scolaires, sont possibles pour tous les élèves de l’établissement, les autres professeurs, les parents, pendant le temps scolaireou non scolaire.

Les intervenantes du R E R S
  d’un établissement Scolaire

          De Corrèze
Depuis sa création en 1992, plus de 700 élèves, des parents, des professeurs ont participé à des échanges. Et le résultat est étonnant.
Elles nous montrent comment l’échange de savoirs réciproque et paritaire change tout, cela change la relation au savoir, cela change la relation à l’autre, cela change le regard sur l’autre.
Les Réseaux développent la culture du partage, de la générosité, provoquent une transformation à la fois personnelle et institutionnelle.

« C’est une véritable démarche pédagogique, passionnante, enrichissante, subversive ! Le professeur devient l’animateur, c'est-à-dire le donneur d’âme ! ».
Ce serait dommage de ne pas relater aussi la « Caravane Civique »,
mise en place par une libraire de Marrakech, au Maroc, dans un pays où l'analphabétisme est encore très fort.
Il s’agit d’une librairie itinérante, qui développe des forums de discussion dans les lycées, les collèges, les villages, auprès de personnes sans diplôme pour démocratiser le savoir, car dit-elle, « le savoir est un pouvoir ».
Voilà quelques expériences parmi d'autres moins médiatisées, mais tout aussi porteuses , de transformation sociale, d'émancipation individuelle et collective !

Soirée culturelle                     
autour du pianiste argentin              
Miguel Angel Estrella                  
Pianiste et Ambassadeur d’Argentine à l’Unesco

Nous sommes rentrés enthousiastes, fiers aussi d'apporter notre petite pierre à un Mouvement qui participe à la construction d'un autre monde, qui œuvre pour une société solidaire.
Nous sommes rentrés aussi avec nos questions : Où en est-on dans notre Réseau local ?
Comment chaque adhérent du Réseau a-t-il conscience d'appartenir à un Réseau alors que, sans local il est très difficile de se réunir ?
Il nous est apparu indispensable de développer la possibilité de rencontres régulières des adhérents du Réseau d'où pourront naître des questions, des réponses, des initiatives nouvelles.
Nous sommes rentrés aussi avec nos questions :
Où en est-on dans notre Réseau local ?
Comment chaque adhérent du Réseau a-t-il conscience d'appartenir à un Réseau alors que, sans local il est très difficile de se réunir?
Il nous est apparu indispensable de développer la possibilité de rencontres régulières des adhérents du Réseau d'où pourront naître des questions, des réponses, des initiatives nouvelles.
Ce sera notre priorité pour 2005.



Une partie de la délégation de Gironde
aux Rencontres
Internationales des M.R.E.R.S.



Monique, Jacqueline, Michel