Accueil

La  Bouteille  A  la  M E R  -  La  Bouteille  A   La M E R  -  La  Bouteille  A  La  M E R  -   La  Bouteille  A  La  M E R  -  La Bouteille  A  La  M E R  -  La  Bouteille  A  La  M E R  -   La  Bouteille  A  La  M E R  -  La Bouteille  A  La  M E R  -  La  Bouteille  A  La  M E R  -  La  Bouteille A La M E R


La  Bouteille  A  la  M E R

Réseau d'Echanges Réciproque de Savoirs de Gradignan mars 2002 N°6

Que se passe t il dans le réseau ?       Les échanges de savoirs autrement !


Pour rappel, notre réseau s’est crée fin 98.
Nous avons maintenant 109 participants, 51 personnes se sont engagées dans un échange.
Nous assurons toujours une permanence par mois au centre commercial de Malartic devant ATAC ; le dimanche matin de 11h à 12 h 30.
Les prochaines auront lieu : le 7 avril, le 5 mai et le 2 juin.
Pour l’année 2002, nous avons toujours les mêmes souhaits:
Avoir un local,
( indispensable pour certains échanges culinaires )

Plus d’animateurs, Plus de disponibilité pour un meilleur fonctionnement du réseau, et nous maintenons notre objectif :

Que chaque participant soit engagé
dans au moins un échange.

Depuis notre dernière ‘Bouteille à la mer’, le réseau a vécu plusieurs temps forts sous la forme d’échanges collectifs :

initiation à la dégustation des vins’,
‘sortie champignons au Porge’,
‘Cuisine du canard gras’

et une soirée :‘échanges culinaires’

qui a permis aux participants au réseau, offreurs ou demandeurs d’un échange ‘Cuisine’ n’ayant pas encore pu être organisé, de partager leurs savoirs au cours d’une soirée particulière.
Les témoignages qui suivent vous permettront d’en avoir les échos.
Malgré les rencontres évoquées ci-dessus et les nouveaux échanges mis en place, énumérés en pages 4 dans le tableau récapitulatif, pour beaucoup, les contacts manquent, même si les permanences mensuelles permettent de reprendre ‘langue’ avec certains d’entre vous.



Gâteaux Mamette

Pour 6 pers, préparation 15 m cuisson 30 m

Pour la pâte :
- 120 g de farine
- 90 g de sucre
- 6 cuillères à soupe d’huile
- 6 cuillères à soupe de lait
- 2 œufs
- 1 sachet de levure
- 10 g de beurre ramolli
Pour la garniture :
- 4 pommes
- 1 œuf
- 60 g de sucre
- 50 g de beurre ramolli

Préparez la pâte: Mélanger la farine et le sucre dans une terrine, faites le puits, et versez-y l’huile, le lait et les œufs entiers.

Incorporez ces éléments doucement avec une cuillère en bois. Mélangez bien et ajoutez la levure.

Préchauffez le four 200° épluchez et coupez les pommes en tranches.

Beurrez un moule à manqué de 25 cm de diamètre, versez-y la pâte et garnissez le dessus de quartiers de pommes.

Enfournez et comptez 30mn de cuisson.

Préparez la crème : Battez l’œuf dans la terrine, ajoutez le sucre et le beurre ramolli,
en continuant de battre pour bien mélanger les éléments.

Versez cette préparation sur le gâteau 15 mn avant la fin de la cuisson.
Démoulez le gâteau à chaud.
             Marie-Christine

L’équipe d’échange de savoirs « découverte de l’informatique » qui se réunit chez Marie-Christine une fois tous les 15 jours depuis 3 mois a été heureuse de participer à l’association en tapant les textes ci dessus.
Marie-Christine
Sabine
Jean


Comment faire pour que notre Réseau d’Echanges soit un vrai Réseau, c’est à dire permettre des échanges rapides entre tous les participants ?
L’absence de local et l’impossibilité de faire plus d’une permanence par mois, sont sans aucun doute un handicap, mais nous devons trouver des solutions. La première, serait de faire
en sorte que chaque participant reçoive « Mosaïque » et donc notre « Bouteille à la Mer » qui y est inséré.
Pour cela il est indispensable que chacun soit adhérent à « M.V.M. » et à jour de sa cotisation annuelle, un bulletin d’adhésion vous est proposé.
Ensuite, il faudrait un système de diffusion simple et efficace de certaines informations.
Ainsi pour un évènement particulier dont la date et l’heure ne sont pas fixés à l’avance, il nous faut un moyen plus rapide que la ‘Bouteille à la mer’.
Les échanges les plus demandés et pratiqués sont l’initiation à Internet, si chacun de nos « internautes » acceptait d’être quelquefois dans l’année le relais vers 3 ou 4 participants non connectés (à chacun de choisir son mode de diffusion, téléphone, mot déposé dans la boite aux lettres.), peut-être que la solution à notre problème de communication serait trouvée.
A cette solution s’ajoute le fait que notre Réseau va bien finir par avoir, lui aussi, son site sur lequel seront présentées les offres et les demandes.
Si vous êtes « connectés », merci de préciser votre adresse e-mail sur le bulletin d’adhésion, en précisant si vous acceptez d’être le relais pour des infos auprès d’autres personnes.
Alors, on essaie ?...

Cuisine du canard gras


    - C’est vers 15 h 30, que le samedi 26 janvier dernier, une dizaine de Gradignannaises et Gradignannais quittent leur domicile et se rendent, qui à pied, qui en vélo ou en voiture, au domicile de Nathalie.
    Elle a la gentillesse de vouloir faire partager à ces demandeurs du Réseau d’Echanges de Savoirs, les secrets de la « cuisine du canard gras »
    Nous arrivons tous avec un cabas rempli de bocaux, de torchons propres, d’ustensiles divers.
    Très rapidement, après avoir aménagé le garage en « laboratoire » de campagne, certains enfilent de grands tabliers devant les protéger des éclaboussures graisseuses.
    Les planches à découper, encadrées par les couteaux bien aiguisés qui semblent impatients de commencer le travail s’alignent sur la table de fortune, composée d’une porte et de deux tréteaux.
    Les foies des volailles sont la ; de la minutie est nécessaire :
enlever les petites veines qui les parcourent.
    Puis chacun à son tour, secoue avec plus ou moins d’insistance, salière et poivrière, chacun ses goûts !…
    C’est parti pour la mise en bocal et la stérilisation.
    On se dit à demain.
    Avec le même beau temps que la veille, c’est au petit matin que, ailes, cuisses et magrets vont prendre place dans les pots de verres.
    Avant ce week-end passé ensemble, beaucoup d’entre nous ne se connaissaient pas.
    Le repas de midi fut pris avec joie en commun dans le jardin : il fallait garder un œil sur le trépied qui supportait le stérilisateur     L’objectif de cette rencontre à été atteint :
la transmission d’une recette ancestrale.
    La réussite fut totale ; tous les caoutchoucs et capsules tinrent leurs promesses, aucun flacon ne prit l’eau !…
    Peu à peu, chaque chose fut nettoyée, remise à sa place et on se sépara après avoir récupéré ses provisions.
    Dans quelques mois, à Noël, peut-être, nous goûterons notre cuisine.
    En laissant échapper son parfum subtil, porté par le petit bruit que fait l’air de la vie quand il ranime le fameux trésor endormi, nous nous souviendrons qu’en plein hiver, deux journées ensoleillées ont été éclairées par une amitié nouvelle.
             Nicole

Journal N°6     Suite