Accueil


Cuisine du canard gras 2002

« C’est vers 15 h 30, que le samedi 26 janvier dernier, une dizaine de Gradignannaises et Gradignannais quittent leur domicile et se rendent, à pied, en vélo ou en voiture,au domicile de Nathalie.

Elle a la gentillesse de vouloir faire partager à ces demandeurs du Réseau d’Echanges de Savoirs, les secrets de la « cuisine du canard gras »
Nous arrivons tous avec un cabas rempli de bocaux, de torchons propres, d’ustensiles divers.
Très rapidement, après avoir aménagé le garage en « laboratoire » de campagne, certains enfilent de grands tabliers devant les protéger des éclaboussures graisseuses.
Les planches à découper, encadrées par les couteaux bien aiguisés qui semblent impatients de commencer le travail s’alignent sur la table de fortune, composée d’une porte et de deux tréteaux.
Les foies des volailles sont la ;de la minutie est nécessaire :
enlever les petites veines qui les parcourent.
Puis chacun à son tour, secoue avec plus ou moins d’insistance, salière et poivrière, chacun ses goûts !…
C’est parti pour la mise en bocal et la stérilisation.
On se dit à demain.
Avec le même beau temps que la veille, c’est au petit matin que, ailes, cuisses et magrets vont prendre place dans les pots de verres.
Avant ce week-end passé ensemble, beaucoup d’entre nous ne se connaissaient pas.
Le repas de midi fut pris avec joie en commun dans le jardin :
il fallait garder un œil sur le trépied qui supportait le stérilisateur.
L’objectif de cette rencontre à été atteint : la transmission d’une recette ancestrale.
La réussite fut totale ; tous les caoutchoucs et capsules tinrent leurs promesses, aucun flacon ne prit l’eau !…
Peu à peu, chaque chose fut nettoyée, remise à sa place et on se sépara après avoir récupéré ses provisions.
Dans quelques mois, à Noël, peut-être, nous goûterons notre cuisine.
En laissant échapper son parfum subtil, porté par le petit bruit que fait l’air de la vie quand il ranime le fameux trésor endormi.
Nous nous souviendrons qu’en plein hiver, deux journées ensoleillées ont été éclairées par une amitié nouvelle. »
            Nicole